Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Comprendre d’où viennent ses complexes

En tant que conseillère en image, j’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreuses femmes. Quelles que soient leurs origines, leurs milieux sociaux, leurs professions, leurs physiques, leurs situations, elles ont toutes un point commun : des complexes physiques. Je n’ai jamais trouvé une femme qui aimait l’intégralité de son corps.

J’ai donc trouvé intéressant de vous écrire quelques mots à ce sujet, pour faire tomber quelques tabous et souligner certaines réalités.

 

Pourquoi êtes-vous complexée ?

Vous êtes-vous déjà posé cette question ? D’où vient ce complexe sur vos fesses ? Pourquoi faites-vous une fixette sur votre ventre ?

  • Femme parfaite

Je ne vais rien apprendre à personne en ouvrant le débat de l’image de la femme telle qu’on nous l’impose à travers les médias et la société. Un corps parfait, une chevelure brillante, une peau dorée, des ongles vernis, une poitrine haute et généreuse, un ventre plat, une cuisse fine, un fessier rebondi… La liste est longue, mais la liste est surtout faussée. Photoshop, chirurgie, corps d’adolescente, il est quasiment impossible de faire de cette image une réalité puisque la technologie aide à la modifier et à la perfectionner. La plupart des femmes parfaites que vous apercevez à la télé, sur les affiches, ne sont que fiction.

 

 

  • L’angoisse des chifres

Il ne faut parfois pas grand chose pour déclencher un complexe. Un chiffre sur la balance, un numéro sur une étiquette et le tour est joué ! Saviez-vous que la taille 36 tant convoitée ne concerne que 6% des Françaises, alors 39.6% de la population féminine s’habille en 44 et + ?

Source Femme actuelle

Les magasins continuent d’influencer les complexes dus à la taille puisque les collections proposent une majorité de petites tailles. Pourtant, ce ne sont pas les plus vendues, sans parler des tailles 44 et + qui sont si difficiles à trouver dans de nombreuses enseignes.

  • Ce complexe, est-ce-qu’il est à vous ?

L’influence de vos proches peut-être déterminant quant à votre perception. Une maman qui vous a toujours dit que vous aviez de bonnes fesses, la famille qui vous surnommé affectivement ‘la petite grosse’, une grand-mère qui a toujours trouvé votre cheveu terne… Autant de remarques sur votre physique qui se sont gravées dans votre mémoire. Essayez de prendre du recul sur vos complexes et d’analyser si leur origine vous appartient. Si vous vous rendez compte que l’on vous a induit cette idée en tête, il sera alors temps de reprendre le dessus.

 

Changer de point de vue

Il n'y a pas qu'une façon de regarder ...

Nous sommes tellement douées pour dresser la liste de ce qui ne va pas qu’on en oublie ce qui va bien ! Plutôt que de rester fixée sur ce ventre que vous trouvez trop rebondi, pourquoi ne pas regarder cette poitrine ronde ? Ce port de tête digne d’une danseuse ou ces chevilles toutes en finesse ?

Je vais vous faire une métaphore maladroite, mais représentative. Imaginez-vous dans une maison sale dans laquelle vous aurez nettoyé une seule et unique pièce. Tant que vous resterez dans les pièces sales, vous ne pourrez rien envisager d’autre que la crasse. Mais si vous décidez de ne vivre que dans la pièce que vous avez nettoyé, vous ne verrez plus la saleté des autres pièces.

Exercice

Avec votre corps c’est pareil ! Essayez de trouver au moins 2 parties que vous appréciez ! Ensuite, donnez-vous pour mission chaque jour, de les mettre en valeur, de valoriser ces zones à travers les vêtements et accessoires. En y prêtant attention, déjà, cela vous permettra de les regarder, de les chouchouter, de les voir, tout simplement. Et tout ce temps que vous passerez à les valoriser, c’est celui que vous ne passerez pas à dévaloriser le reste !

Pour les autres, ce sera pareil. Leur regard sera attiré sur ces parties que vous soulignerez et non pas là où vous n’avez pas envie que l’on vous regarde.

Apprendre à s’aimer

La vie, ce n'est pas d'attendre que les orages passent... Don't hesitate to contact us : http://studiocigale.fr/contact/

Il y a concrètement 2 solutions pour gérer un complexe : s’en débarrasser ou faire avec.

  • faire un régime, faire du sport, se faire opérer… Une question de personne et de volonté. Pour certaines, le challenge sera une réussite. Pour d’autres la quête d’une vie entière à peser sa nourriture ou à se faire violence, à acheter des vêtements ‘pour quand j’aurai maigri’, à éviter les miroirs, à se trouver horrible en permanence… Etre fâchée avec son corps pour moi, c’est un peu comme mettre sa vie en sursis. Vous pouvez vous pourrir bien des années et toujours repousser votre bien-être à plus tard.
  • Et puis il y a celles qui décident de faire avec et de ne plus considérer leur corps comme un ennemi. De lui reconnaître ses atouts, quels que soient leurs nombres, de les mettre en valeur. Mais aussi d’apprendre à dissimuler les zones moins appréciées à travers le vêtements, l’accessoire, les couleurs, les matières…

Souvenez-vous que plus vous serez mal-à-l’aise avec votre corps, plus ce sera perceptible. L’acceptation de soi-même est une formule magique qui s’acquiert en travaillant sur soi et en apprenant à être objective face à ce que l’on est. Parce qu’une vie à se détester, ce n’est pas une vie. Parce qu’une vie à avoir honte, ce n’est pas une vie. Parce que vous avez de la valeur et que vous êtes belle, quelle que soit votre taille, la largeur de vos hanches ou le rebond de votre petit ventre.

Vous êtes belle si vous décidez de l’être.

 

Et pour celles qui ont besoin d’aide pour apprendre à s’aimer, je suis sure de pouvoir vous aider (rendez-vous sur mon site ou par mail !)

 

Laissez moi un mot !

2
XOXO
signature
6 Responses
  • Sand
    novembre 21, 2017

    Bonjour Marine,

    Nous nous sommes croisées sur un groupe FB. La fille qui hésite à porter des manteaux longs 😉
    Bravo pour cet article très intéressant. Pour ma part, j’étais très complexée jusqu’à l’âge de 26 ans environ. Puis un jour j’ai répondu à une annonce de l’école des Beaux Arts qui cherchait des modèles vivants ( pour poser nue ). Je ne sais pas ce qui m’a pris ce jour là mais j’ai répondu. Du coup j’ai posé pour des peintres, puis de fil en aiguille, pour des photographes. Les photos étaient publiées sur leurs sites professionnels ainsi que sur des magazines spécialisés en photo. Les retours étaient très positifs. Poser pour des photographes m’a beaucoup aidée à me trouver jolie.

    Aujourd’hui à 44 ans, je n’ai jamais été aussi bien dans mon corps et dans ma tête. Et si, des matins, je doute de moi, je regarde les autres femmes de mon âge dans la rue, et de suite ça va mieux.

    Je t’embrasse !
    A bientôt
    Sand

    • l'Impatiente
      novembre 21, 2017

      Bonjour Sand,

      Quelle belle façon de gagner confiance en son image ! Bravo, c’était osé ! J’ai toujours rêvé d’essayer un jour !
      La beauté n’a finalement pas grand rapport avec ses traits physiques mais à la façon dont on vit son corps, son attitude, son ouverture. Un état d’esprit positif, un sourire, un visage ouvert valent, selon moi, beaucoup de perfection physique !

      Merci pour ton commentaire et au plaisir d’échanger à nouveau !

      Des bises XxX

  • Ophélie
    novembre 21, 2017

    Un très beau message à travers ce post. J’espere Qu’il saura fait écho à toutes les personnes qui l’auront lu. Encore une fois merci pour ton positivisme qui fait un bien fou au moral.
    Ton manitou.

    • l'Impatiente
      novembre 21, 2017

      Merci ma biche ! Je suis contente qu’il ait pu te faire du bien ! C’est l’objectif ! <3

  • Chantal
    novembre 21, 2017

    Super je me suis retrouvée dans beaucoup de choses .merci ma belle.

    • l'Impatiente
      novembre 21, 2017

      Merci ma Tata ! Contente que ça te fasse écho ! Pleins de bisous

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *